Séance découverte 
A TERRE D'ILLICH

TERRE D'ILLICH-LOGO1-RVB-2020.jpg

A TERRE D'ILLICH

Déroulement d'une séance découverte

DSCF3627.jpg

Lors des séances découvertes (environ 2h, en individuel), je commence toujours par apporter des connaissances de bases en éthologie équine : le mode de vie du cheval au naturel, comment il communique et comment il perçoit son environnement… j’adapte ma pédagogie (contenu, discours, longueur des explications) en fonction de l’âge de l’élève et de l’intérêt qu’il porte à ces informations.

Etape 1 : c'est quoi un cheval ?

Etape 2 : faire connaissance

Après cette introduction, nous allons à la rencontre des chevaux, et nous passons d’avantage sur un savoir-faire en équitation éthologique : comment aborder le cheval, capter son attention, lui mettre le licol, le convaincre de nous suivre,… Si les conditions s'y prêtent, nous pouvons "guider" plusieurs chevaux en liberté pour apprendre à initier le mouvement... Au pansage, on en profite pour apporter d’autres notions en éthologie en observant le comportement du cheval. Est-il détendu ? Inquiet ? Attentif à nous ? Est-ce qu’il semble apprécier le pansage, ou cela le dérange-t-il à certains endroits ? Pour cela, on observe le moindre de ses mouvements, et les expressions de son visage.

Etape 3 : marcher ensemble à pieds

Lors de la pratique en carrière ou en manège, j’explique d’abord aux élèves comment le cheval perçoit son environnement et comment cela diffère de nos propres perceptions, et je les invite à percevoir leur environnement « comme un cheval » à travers des petits exercices pédagogiques sans le cheval.
Nous mettons appliquons ensuite ces connaissances pour marcher avec le cheval en étant devant lui (initier le déplacement, faire respecter les limites de son espace, accélèrer, s’arrêter,…)

Etape 4 : marcher ensemble monté

Enfin, si l’élève souhaite monter et que le cheval est « ok » pour cela, les premières séances se font toujours sans les rênes, je tiens le cheval ou poney en longe. Je guide l’élève vers l’acquisition d’une posture verticalisée et dans le relâchement (à l’arrêt et au pas), permettant de suivre les mouvements du cheval sans le gêner tout en préservant son équilibre. 


Si l’élève est déjà cavalier et n’a pas d’appréhension, nous pouvons éventuellement faire du trot dès la première séance.

Etaope 5 : dire au revoir

L’élève ramène ensuite son cheval ou poney à l’écurie, enlève le harnachement, masse un peu son dos s’il est monté, et le ramène au sein de son groupe.

Séance découverte pour les touts petits :

En-dessous de 8 ans, les séances individuelles durent entre 45min et 1h15. Le déroulement est le même mais avec un contenu plus léger et une pédagogie plus ludique et très souple !

IMG_2806.JPG

Et après
UEN SEANCE DECOUVERTE?

L’apprentissage d’un savoir-être :

Les chevaux m’ont appris que la technique seule ne suffisait pas et devait s’accompagner d’un certain savoir-être. Si nos actions sont gouvernées par des émotions et des besoins non conscients, nous ne pouvons être justes dans notre dialogue avec le cheval et nous ne pouvons pas être à l’écoute de SES besoins et de ses émotions d’instants en instants. Etre en relation « en pleine présence », je pense que c’est cela : être conscients à chaque instant de nos propres besoins et émotions, mais également de ceux du cheval (ou de tout autre individu avec qui nous sommes en relation à ce moment-là).

 

Lorsque j’accompagne mes élèves dans leur rencontre avec le cheval ou poney, je les accompagne également dans leur rencontre avec leurs propres émotions et besoins. Cela demande un certain courage de leur part, et ne peut se faire sans une confiance mutuelle à 100%.

 

C’est pourquoi je prends toujours un temps d’échange avec l’élève pour apprendre à mieux le connaître, qu’il se sente écouté, que nous soyons tous les deux à l’aise dans les échanges, et qu’il puisse se sentir libre d’expression.

Evolution à pieds :

Dans les séances suivantes, à partir de 8 ans, nous faisons des exercices pour apprendre à communiquer avec le cheval à pieds en mobilisant le corps du cheval à l’arrêt (reculer, décaler les épaules, bouger ses hanches, marcher avec lui devant et à côté, le longer, interagir en liberté…) en utilisant le savoir-faire issu de l’équitation éthologique. Là encore, j’apporte des connaissances en éthologie équine en expliquant comment les chevaux communiquent entre eux afin que les élèves comprennent d’où viennent les exercices qu’ils apprennent, pourquoi nous les utilisons, et avec quelles intentions les utiliser pour que cela ait du sens pour le cheval. 


Quand l’âge le permet (à partir de 12-13ans) et si l’élève le souhaite, nous explorons ensuite des bases de biomécanique (après plusieurs mois voire une année) : comment gymnastiquer son cheval à pieds (longer, communiquer aux longues rênes, faire des transitions, passer des barres au sol, changer son attitude,…)

Evolution à monté :

Monté, à la suite de la séance découverte, nous continuons d’explorer la posture sans les rênes. Au besoin, je donne quelques exercices d’étirements à l’élèves pour améliorer la souplesse et le relâchement musculaire. Le nombre de séances nécessaires pour acquérir cette posture dépend de l’élève.  C’est seulement après que j’introduis le travail de la posture avec les rênes, de manière passive : l’objectif est que l’élève apprenne un juste contact avec les rênes dans le relâchement et ne s’accroche pas aux rênes pour compenser d’éventuelles lacunes de posture. Enfin, j’introduis les transitions et la direction avec son corps et avec les rênes. Nous commençons alors quelques exercices d’équitation éthologiques montée pour apprendre à communiquer plus précisément avec son corps. 


Quand l’âge le permet (à partir de 13-14ans) et si l’élève le souhaite, nous explorons ensuite des bases de dressage : apprendre à être « droit sur son cercle », à changer l’attitude (posture) du cheval par le tracé et les exercices, aborder le travail de deux pistes… Essentiellement au pas, et en introduisant un peu de trot par des transitions pas-trot. 

 

Mon enseignement ne met donc pas la priorité sur le passage des galops fédéraux, les sensations fortes, les allures vives ou le saut d’obstacle. Ce sont des possibilités qui peuvent venir plus tard, après l’acquisition de solides bases, selon l’investissement et les envies de chaque élève, et selon les capacités physiques des chevaux.

Quid des cours individuels ou collectifs ?

Pour introduire les cours collectifs à partir de 8ans (5 élèves maxi), voici les pré-requis :

  • Avoir effectué des séances en cours individuels afin qu’il n’y ai pas trop de différences de niveau quand le nouvel élève arrive (le nombre de séances dépend de la progression de l’élève et du niveau du groupe, compter entre 5 et 10 séances),

  • Etre un minimum autonome dans la pratique de base (mettre le licol, panser son cheval, exercices de base à pieds, diriger son cheval au pas monté).

  • Que l’élève ait envie de vivre une expérience en groupe !

Pour introduire les cours collectifs en-dessous de 8 ans (5 élèves maxi), entre 3 et 5 séances individuelles suffisent en général.

Dans quels cas rester en cours individuels ?

  • Si l’élève ne souhaite pas vivre une expérience en groupe,

  • Si l’élève préfère une relation en « one to one » et individualisée,

  • Si l’élève a beaucoup d’appréhensions et de blocages émotionnels,

  • Si l’élève n’est pas à l’aise avec le fait d’expérimenter en autonomie,

  • Si aucun groupe ne correspond au niveau et à l’âge de l’élève,