• equiyinequiyang

La cohérence globale, le B-A-BA pour communiquer avec le cheval


La communication avec le cheval nous permet de retrouver la cohérence entre nos actions extérieures (notre comportement, notre langage corporel) et nos ressentis intérieurs, c'est-à-dire notre authenticité. En effet, les chevaux ont cette faculté de ressentir l’incohérence.




On dit souvent qu’il ne faut pas leur montrer que nous avons peur par exemple, ou que nous sommes impatients, en colère… Nous sommes ainsi conditionnés, en tant qu’être humain, à mettre un masque sur nos ressentis pour agir « comme il se doit » de l’extérieur. Cependant, les chevaux ressentent cette incohérence, et cela nous rend « flous » à leurs yeux. Ils ne peuvent pas nous identifier et nous lire clairement, ce qui peut engendrer de la méfiance, de la peur, du retrait, de l’agressivité… Tout simplement parce qu’ils ne connaissent pas ce mode de fonctionnement. N’ayant pas de cortex préfrontal, « faire semblant » leur est une notion étrangère. Ils vivent H24 en accord avec leurs ressentis émotionnels. Quand vous avez l’impression que des chevaux « prennent sur eux », c’est simplement leur manière la plus juste d’assurer leur survie sur le moment : de rester aux aguets, en hypervigilance. Un cheval préférera suivre quelqu’un qui admet et vit pleinement sa peur, qu’un humain qui essaye de « prendre sur lui » pour refouler la peur au fond de lui et ne pas l’écouter. Tout simplement car, dans le premier cas, l’humain ressent le danger, l’a analysé, et a pris une décision en conséquence. Le cheval peut donc choisir de le suivre et de lui faire confiance. Dans le deuxième cas, l’humain n’écoute pas son « instinct » et ses ressentis, il n’écoute donc pas le danger : le cheval prendra donc sa propre décision face à ce « danger ».

Si l’on y réfléchit bien, à quoi ressemblons-nous quand nous avons le cœur qui bat plus vite que d’habitude, que nous nous sentons un peu stressés, voire prêts à fuir ou bondir, mais que nous agissons extérieurement avec un calme olympien ? Peut-être à un prédateur en châsse ? Je place ça ici, comme ça… Chacun est mûr d’y réfléchir.

La première étape que j’enseigne dans la rencontre avec un cheval est donc l’honnêteté envers soi-même : reconnaître au fond de nous nos ressentis, les laisser remonter à la surface et s’exprimer, afin de les identifier et de les nommer. Cela paraît facile comme ça, mais en pratique, visiblement, ça ne l’est pas... Le nombre d’élèves qui répondent « je pense que… » quand nous leur demandons : « comment tu te sens ? Comment viens-tu de vivre l’expérience ? » Les élèves commencent déjà à analyser avec leur mental, mais ont un mal fou à investir leurs RESSENTIS, ce qu’ils Sentent.

Cette première étape où nous faisons « tomber le masque » est une première épreuve dans la Reconquête de soi… Car vivre sur du long terme en restant sourd à nos ressentis intérieurs mènent à une perde d’identité, donc une perte d’énergie vitale, de sens, et de santé.

Dans la vie quotidienne, par convenance, au travail par exemple, nous sommes souvent « forcés » de garder ce masque, car si nous le faisons tomber, que nous laissons notre authenticité intérieure s’exprimer pleinement, alors notre vie peut changer du jour au lendemain. A partir du moment où nous décidons de suivre nos valeurs intérieures, pleinement, et de vivre dans la justesse de ces ressentis, alors il nous devient parfois difficile de continuer notre quotidien tel qu’il est établi. Et nous ne pouvons pas toujours changer notre vie, notre travail, notre couple, notre famille, du jour au lendemain, à moins de tout plaquer... Cela peut aussi se faire par petites étapes, de prises de conscience en prises de consciences. Il ne s’agit pas de mettre immédiatement nos actions en cohérence avec nos ressentis intérieurs et nos valeurs, il s’agit de les identifier, d’admettre sur le moment présent que nous ne pouvons pas changer le cours de notre vie, mais d’avoir confiance en notre capacité à transformer notre vie pour atteindre cette cohérence…

« Dans l’inconscient collectif, le cheval est au cœur des mythes et légendes. Et pour cause : cet animal mythique stimule notre force vitale, nous invite à créer du lien, à toucher à l’essentiel, à reconquérir son identité singulière. »

Mireille Dumond.