top of page

Qui suis-je ?

Photo : Mahaut d'Ornellas

IMG_7263-2.jpg

Je suis... Ethologiste

Pourquoi ?

Soucieuse de comprendre les êtres-vivants et d’agir pour leur bien-être et leur préservation, j’ai d'abord orienté mes études générales vers la biologie, l’écologie puis l’éthologie (Bac +5).


Tout a commencé sur les bancs de la fac. J'étais en troisième année de licence de Biologie quand j'ai eu mon premier cheval. Je me rappelle avoir débloqué des incompréhensions mutuelles grâce à mon premier cours d'éthologie sur l'apprentissage chez... Les escargots ! Ce fût une révélation. C'est d'abord la science qui m'a permis de mieux communiquer avec mon cheval, pas l'équitation. 


Je me suis ensuite spécialisée dans l'éthologie équine par mes recherches personnelles. Aujourd'hui, c'est une part de mon métier mise au service du bien-être du cheval et d'une meilleure compréhension mutuelle dans les relations équi-humaines.

Comment ?

Je dispense des formations théoriques aux professionnels et amateurs (préparation aux BFEEE 1 et 2 et Savoirs d'Equitation Ethologique). Je propose également dans toute la France des stages d'initiation à l'éthologie équine mêlant apports de connaissances théoriques en salle et observations de terrain.

 

Mes compétences :

 

  • Master 1 « Comportements Animal et Humain » à l’université de Rennes 1,

  • Master 2 « Recherche Scientifique en Neurosciences, Cognition et Comportements » à l’université de Toulouse III.

​ 

Mais au fait, c'est quoi l'éthologie ?

L’éthologie est une science qui étudie le comportement des espèces animales (y compris l’humain) dans leur milieu naturel ou en conditions expérimentales.

On utilise  le terme "éthologue" pour désigner des scientifiques étudiant le comportement des animaux sauvages ou domestiques.


"Le titre d’éthologue ou d’éthologiste, qui n’est actuellement pas protégé, nécessite que la personne ait suivi une formation longue de chercheur (au moins niveau Bac+5) et peut concerner différents métiers : ingénieur, chercheur ou technicien." 

Source : Ethologiste ou éthologue (ifce.fr)

Je suis... Enseignante d'équitation éthologique

Pourquoi ?

Désireuse d’utiliser mes connaissances scientifiques sur le terrain pour aider les humains à améliorer leur relation avec les équidés, j’ai décidé de me plonger dans le monde professionnel du cheval. J’ai suivi la Formation Internationale du Haras de La Cense.

Comment ?

Le savoir-faire issu de l’équitation éthologique est très présent dans mon enseignement et dans les exercices que j’apprends aux élèves pour communiquer avec le cheval à pieds et montés.

Mes compétences : 

-   BPJEPS équitation, 
-    BFEEE 1 et 2, 
-    Spécialisation débourrage méthode La Cense (ranch La Cense Montana, USA).

 

C'est quoi l'équitation éthologique ?

L’équitation éthologique est définie comme « une méthode d'éducation basée sur la compréhension du cheval, afin de s'adapter à lui et de mieux communiquer lors de ses apprentissages ».


Elle trouve ses origines dans le « Horsemanship » des Etats-Unis.

Comment devient-on enseignant d'équitation éthologique ?


Pour être enseignant en équitation éthologique, il faut déjà être enseignant d’équitation « tout court ». On peut ensuite avoir accès aux formations diplômants les BFEEE (Brevet Fédéral d’Enseignant en Equitation Ethologique).


 

DSCF0517.JPG
IMG_7284-2.jpg

Je suis... Accompagnatrice en relations équi-humaines

Pourquoi ?

Les difficultés que j’ai confrontées avec mon premier cheval m’ont plongée au cœur d’un apprentissage relationnel, dont les clés sont : 

1- la compréhension du cheval (par l'éthologie), 

2- la prise en charge de nos ressentis personnels (gestion émotionnelle, pleine présence)

3- la compréhension mutuelle (par l'équitation éthologique)

Ce qu’on nomme « harmonie avec son cheval » peut se manifester par des ressentis de paix, de complicité, de légèreté, de facilité, de joie, de quiétude, de danse, de jeu, d’intimité, … Comme bien des cavaliers, je suis à la recherche de ces sensations.

Le long de mon parcours, j'ai réalisé que les connaissances scientifiques ou les techniques d'équitation n'étaient pas suffisantes pour goûter à cette harmonie si l'humain ne développait pas son "savoir-être".,...  Par exemple, si l'acquisition de connaissances ou de techniques est motivée par des peurs de mal faire, par des frustrations, par de la culpabilité, alors les problèmes réapparaitront toujours ou changeront de forme... 

Comment ?

Pour cette branche de mon enseignement, j'acquière des outils par moi-même ; mon expérience, des livres, des formations en ligne, des échanges avec des professionnels du milieu (coachs pro, coachs perso, ...)

 

J’accompagne ensuite mes élèves en leur transmettant ces outils pour apprendre à reconnaître leurs émotions, leurs besoins et leurs ressentis, afin de les accepter sans jugements, et dans la bienveillance collective. Cela leur permet d'apprendre à faire des choix d'action en cohérence avec leurs envies profondes, grâce à la prise en compte de leurs obstacles intérieurs : peurs, doutes, colères, croyances, etc, ...

Je développe en particulier ce travail auprès d'enfants et ados, ce qui me permets chaque jour d'affiner ma pédagogie.

 

En résumé, je les accompagne grâce à la synergie de l'écoute de soi et de l'écoute de l'autre (du cheval), en sachant par expérience que l'écoute de l'autre ne peut être accessible que si l'on s'écoute soi.

"La compréhension et l'acceptation de soi sont les clés d'accès au savoir-être.

 

Le savoir-être est la clé d'accès à nos connaissances mentales et à la justesse de notre savoir-faire." 

bottom of page